Compte rendu de notre participation au Téléthon 1999 (sans photos)

C’est le 3 décembre que débute notre aventure, à 9 heures un bus nous conduit en Avignon.

Après avoir pris une collation dans une auberge de jeunesse direction le palais des Papes, où le départ des 75 KMS de la grande tentative est donné. La grande tentative est une marche organisée dans le cadre du Téléthon 99, qui relie Avignon à Montpellier, 85 participants ont relevé le défi. Chaque marcheur représente une maladie génétique ou un proche touché par l’une d’entre elles.

Suite à un contact avec l’AFM, 3 aveugles Bernadette, Claudine et Michel accompagnés de Caroline, Madjid et de Jessie le chien guide de Claudine prennent le départ de cette manifestation. Nous avons représenté 3 maladies le diabète, la rétinite pigmentaire et la Sclérose en plaque car malheureusement il nous fallait bien choisir, alors que dans nos têtes cette marche étaient contre toutes les maladies génétiques.

Le premier jour il nous faut relier Avignon à Remoulins en longeant la route nationale, ce qui n’est pas très agréable. Après avoir parcouru les 25 KMS et pris un repas chaud dans un gymnase de Remoulins, la journée n’est pas terminée. Malgré la fatigue il nous a fallu effectuer la traversée symbolique du pont du Gard pour le besoin des caméras. Après cette ballade digestive le bus nous emmena au camp des garrigues près de Nîmes, où à minuit un repos bien mérité nous y attendait.

Le samedi matin à 6 heures une fois la troupe prête on prit la direction des arènes de nîmes où un petit déjeuner nous y attendait, Une fois la réception des arènes terminée, on fut convié à nous rendre au stade des Costières où nous attendaient les enfants de l’école de football du Nimes Olympic, qui nous ont accueilli sous une haie de ballons. Après un court transfert en bus jusqu’à aimargues où une boisson chaude nous est offerte par la mairie notre périple continu.

La pause déjeuner était prévue à Lunel on prit donc la direction de la capitale de la petite Camargue en passant par Marsillargues. Arrivé, à Lunel un apéritif nous fut servi sur la place de la Mairie avant d’aller prendre quelques calories, dont notre organisme avait besoin, car en 24 heures nous avons effectué 50 KMS.
A 13 heures 30 le groupe se mit en marche pour la dernière étape, le physique commençait à être entamé, heureusement que l’itinéraire qui nous est proposé jusqu’à Mauguio est agréable. Nous avons emprunté des chemins passant au travers de paysages divers qui nous conduisit à Mauguio via Saint-Just et Lansargues.
Arrivé dans la cité maraîchère un goûter nous y attendait, l’allure faiblissant et l’état physique de certains n’étant plus optimum, les organisateurs nous proposèrent : l’alternative soit de continuer la marche ou de finir la grande tentative en bus. La dernière portion étant quelque peu galère la nuit, le froid, la circulation et les embûches pimentèrent le parcours jusqu’au Zénit de Montpellier. Arrivé au funarium notre bus-ambulance nous y attendait et deux possibilités s’offraient aux 65 rescapés la première s’arrêter ou faire abstraction des douleurs et continuer jusqu’au lycée Joffre. Une colonne de 60 marcheurs usés prennent la décision d’en finir coûte que coûte, l’ambiance et l’harmonie du groupe deviennent de plus en plus difficile à gérer. Le physique de tous est atteint et seul la pensée de la cause pour laquelle nous nous sommes engagés, nous donne encore de la force à se surpasser.

A 20 heures le but est atteint, un repas nous est servi, mais à peine après avoir manger l’entrée il nous fallut pour la dernière fois reprendre le bus pour rejoindre le Peyrou. Le plus difficile dans une tel manifestation ce sont les impératifs médiatiques qui nous sont imposés, alors en plus de la marche on est obligé de courir après la montre.
La descente à la Comédie fut interminable où une foule immense était présente, on participa à l’animation qui était organisée sur le podium dressée devant l’Opéra. Les 75 kilomètres dans les jambes l’envie d’en terminer devenait obsessionnel.
Enfin à 23 heures la dernière contrainte, direction le plateau télé au corum, on y fut accueilli par les 2 animateurs de A2 et du parrain du téléthon 99 Pierre PERRET. Les caméras firent un gros plan sur Jessie qui paraissait encore la seule à être fraîche physiquement, d’où l’intérêt d’avoir 4 pattes.

Une fois sorti sur l’Esplanade Bernadette, Caroline, Claudine, Madjid et Michel épuisés de nos 36 heures de téléthon et des 75 kilomètres parcourus, notre mission et challenge atteints nous étions satisfaits d’avoir accompli ce défi physique que nous ne pensions pas à notre portée.

Cet article vous a plu ? envoyez-moi un message

Ce contenu a été publié dans cahier de vacances. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire