luchon, Semaine du 19 au 25 septembre 1999 (sans photos)

Comment organiser ses propres vacances

Après 2 séjours organisés nous avons décidé de passer une semaine de détente dans les Pyrénées à Bagnère de Luchon.
En premier, nous avons appelé le Syndicat d’initiative afin de nous permettre de recevoir la liste des hôtels restaurants et des associations de guides de randonnées de la région. Après avoir fait le choix de notre hébergement et de notre meneur de randonnées qui nous guidera pendant 3 après-midi au cours de notre séjour, il ne nous restait plus qu’à organiser celui-ci.

Comme nous étions 3 personnes aveugles intéressées par ces vacances, on fit appel à un guide qui nous accompagne tout au long de l’année dans les randonnées organisées par l’AVH et qui au cours de l’été encadre des stages de vacances organisés par l’APF. La tâche de notre accompagnateur est de nous guider lors des randonnées ainsi qu’à l’intérieur de Luchon.
Avec l’expérience il est souhaitable que le meneur de randonnées soit du cru afin qu’il puisse nous faire découvrir les sites les plus intéressants, l’historique, les us et coutumes, la faune et la flore de sa région. La présence d’un accompagnateur est également indispensable afin que l’on soit encadré dans tout ce qui est proprement dit tourisme.

voici très succinctement le programme que nos meneurs de randonnées Olivier et Daniel, notre accompagnateur Madjid et nous même nous nous sommes concocté au cours de cette semaine.

La première matinée fut consacrée à la visite de Luchon avec prise de renseignements à l’office du tourisme afin d’organiser notre semaine. L’après-midi une randonnée de mise en jambes nous attendait, depuis Benqué village situé au début de la vallée d’Oueil (vallée à tradition pastorale) à 1000 mètres d’altitude, il nous fallait gravir un dénivelé de 450 mètres pour accéder à l’Espiau montagne jonchée de cromelechs (gros blocs de pierre) placés en cercle autour d’un sanctuaire par des hommes après la fonte des glaciers.

Deuxième jour : depuis Luchon situé à 630 mètres nous sommes montés au col d’Herran à 1450 mètres qui surplombe le val d’Aran en Espagne par une petite route forestière, après ces 17 kilomètres nous avons apprécié la séance de vaporarium (bain de vapeur), le massage sous pression dans la baignoire et la piscine chaude dans le cadre de Vitaline au sein du centre thermal.

Le troisième jour le matin un petit tour de marché, l’après-midi en route pour la vallée du Lys (vallée des avalanches) au fond de laquelle se trouve la cascade du Lys de 50 mètres de chute d’eau à 1000 mètres d’où nous avons remonté le torrent afin d’accéder au gouffre d’Enfer à 1350 mètres, les sous bois étaient parsemé de champignons et des vautours planaient à la cime des arbres.

le quatrième jour pour reposer nos mollets douloureux le matin nous avons fait un peu de shoping à Luchon et l’après-midi une excursion en bus dans la vallée d’Aran (vallée de la garonne) avec halte dans les villages Espagnols de Bossost et de Les. Luchon comme toutes les villes thermales possède un casino après le repas du soir nous décidons d’y découvrir l’ambiance et essayer les machines à sous.

Le cinquième et dernier jour le matin balade commentée en petit train pour découvrir les villes de Luchon, Montauban de Luchon et la cascade de Juzet, l’après-midi nous nous dirigions vers le fond de la vallée d’Oueil, la randonnée partait du village de Bourg d’Oueil à 1400 mètres, depuis lequel à travers une forêt nous devions atteindre une prairie situé à 1750 mètres d’altitude, le but de cette randonnée était d’aller écouter le brame du cerf mais cette semaine étant très ensoleillée les cerfs et leurs biches restaient faire la sieste dans les sous-bois, alors faute de brame nous avons profité du bruit du Nest (torent), vu notre déception Daniel notre meneur de randonnée nous proposa de venir nous rechercher après dîner, nous sommes comblé car pendant 2 heures nous entendons les cerfs bramer de tous côtés. Dans la vallée d’Oueil d’une longueur de 15 kilomètres on dénombre environ 500 cerfs et biches qui par leur nombre font d’énormes dégâts dans les cultures et jardins.

Pour conclure, les caractéristiques de ces trois séjours sont différentes :
la croisière sans adaptation pour personnes aveugles, reste le paradis pour qui choisit le farniente pour ses vacances. La découverte du Jura suisse en circuit montagneux, requiert quelques aptitudes physiques et une relative autonomie pour tout ce qui incombe à un séjour itinérant. Enfin le séjour pyrénéen, conjugue parfaitement et à notre désire les aspects physique et détente.

Vous n’avez plus qu’à faire votre choix, mais bien d’autres séjours nous sont proposés.

Cet article vous a plu ? envoyez-moi un message

Ce contenu a été publié dans cahier de vacances. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire