croisière en méditerranée, semaine du 28 juin au 3 juillet 1999 (avec photos)

Comme tout le monde organiser ses vacances c’est déjà tout un programme. Il est vrai que pour une personne clairvoyante l’embarras du choix est très vaste en ce qui concerne la destination ou la nature du séjour, pour un aveugle les propositions sont plus restreintes.
Bien entendu les vacances familiales chez des parents, peuvent être une des solutions quelque peu banal mais envisageable. Faire la connaissance d’autres personnes , en plus pendant les vacances devient un besoin dont nous pouvons satisfaire pendant cette période. Pour notre part un séjour doit : permettre de s’évader de son cadre habituel et de vivre des expériences nouvelles dans des régions ou pays différents.

deux îles et une cöte enbiez

Suite à un stage de ski de fond à Seillac près de Briançon, organisé par Handisport au mois de février 1999. Nous avons appris, que handisport proposait différents stages loisirs de tout genre où la compétition est totalement exclue. Nous nous sommes donc décidé d’effectuer une croisière en Méditerranée. Le séjour consistait de s’initier à la voile, tout en découvrant les îles de la côte d’Azur les Embiez, Porquerolles, port Crau, les îles du Levant avec des escales Saint-Mandrier, Cassis et un mouillage dans une calanque près de Marseille.

les callanques

Notre bâteau était un voilier de 12 mètres appelé Love 2, qui nous servait d’hôtel flottant et de moyen de transport. L’équipage était formé de 4 handicapés : 1 handicapé physique Max, un IMC Alban, 2 aveugles Claudine et Michel et pour accompagner ce carré de mousses 3 personnes valides : le skipper Flavien, 2 encadrants handisport Cédric et Mathieu.

Le but de ce séjour était de naviguer 4 à 5 heures par jour, afin d’apréhender la navigation et de découvrir les îles ou ports d’attache en randonnée. La météo étant l’élément primordial pour faire avancer un voilier, le trop ou absence de vent nous oblige soit de rester à quai ou nous contraint de naviguer avec l’aide du moteur, suite aux caprices du dieu Eole, notre programme fut quelque peu modifié.

Nous retenons de cette expérience : la vie à bord d’un voilier est très restreinte pour un aveugle au niveau de l’espace et du confort, en ce qui concerne notre participation aux tâches de navigation et domestiques celle-ci est tout à fait relative voir compromise. Au cours de cette semaine de croisière, il est impératif qu’une bonne ambiance règne au sein de l’équipage ce qui fut notre cas. En plus du cadre merveilleux dans lequel nous naviguions, en bordure de littoral, l’enrichissement de cette croisière c’est qu’il nous a permis de mieux comprendre le handicap de Max.

îles et bateaux dans le port de porquerolles

Max pouvait admirer le paysage et rêvait de gravir le phare de Porquerolles pour y découvrir l’horizon mais quelle frustration. Alors accompagnés de notre guide, nous avons pu accéder au phare afin de ressentir le panorama dont nous ne pourrions pas décrire à Max.

place de porquerolles

En conclusion, aussi bien Max que nous les personnes aveugles nous devons nous adapter à notre handicap, mais combien de fois nous devons passer à côté de sensations physiques ou visuelles.

Cet article vous a plu ? envoyez-moi un message

Ce contenu a été publié dans cahier de vacances. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire