marathon Montpellier octobre 2014

Pas prêt :
L’an dernier, au mois de septembre, je suis contacté par les organisateurs du marathon, afin que je monte une équipe de relais de DV, pour faire le marathon de Montpellier en relais. En un mois, la tâche était trop difficile, et je devais m’absenter fin septembre pour un séjour dans la région nantaise.

A toi de jouer :
L’an dernier, le jogging Castelnau, qui m’a beaucoup apporté depuis 17 ans, se lance dans un défi solidaire, faire parcourir le marathon, à une personne en fauteuil à bord d’une geolette. Ce fut un véritable succès, où une vingtaine de membres du jogging ont été sollicités, tous furent emballés par cette initiative. Le soir même Josiane et Hervé du jogging Castelnau, me contacte et m’incite à monter une équipe de DV pour le marathon en relais 2014. Sur le coup j’hésite, ça ne me semble pas possible, et puis merde, je me lance dans l’affaire, je balance l’idée à mes près de 300 contacts DV.

Hésitation :
Le pas cap de Josiane et Hervé, prend tournure, j’ai mes 6 DV, pour certains nous courons plus ou moins bien, je me situe dans le moins, et d’autres, c’est un défi, se préparer en un an à pouvoir parcourir 7 kilomètres en courant. Individuellement les DV se prennent en charge, chacun se trouve un guide et s’entraîne à son rythme sur Adissan, Poussan, Pézenas, Castelnau-le-Lez, Palavas et Montpellier. Notre petite affaire tourne bien, mais nous sommes en pleine élection municipale, et certaines listes menacent la continuité du marathon de Montpellier. Je suis dans mes petits souliers, il ne manquerait plus que ça, après quelques hésitations, la nouvelle équipe municipale décide de poursuivre le marathon de Montpellier.

Seul c’est trop difficile :
Suite à quelques échanges entre les 6 DV qui ont la volonté d’aller jusqu’au bout, des idées germent, il nous faut nous rapprocher d’une structure pour nous aider administrativement, et d’une structure qui nous ferait fabriquer des maillots distinctifs pour nous reconnaître dans la marée humaine. Ce sont donc le Jogging Castelnau dont l’objectif est de faire courir des DV, et l’AVH dont la principale activité est de faire randonner les DV tous les dimanches, qui ont été contactés et nous ont répondu favorablement.

La préparation :
Les 6 DV ce sont donc attelés à s’entraîner, sans aucune pression, nous nous sommes fait entièrement confiance, le but était de pouvoir réaliser 7 kilomètres en courant le 19 octobre. Fin juin, pour raison médicale, une DV est obligée de déclarer forfait, il nous faut donc trouver un nouveau relayeur. Je panique un peu, c’est la période estivale, tout le monde à la tête aux vacances, je relance donc mon relationnel, il nous faut un DV qui court déjà un peu, car la date approche. J’ai des propositions qui viennent hors de la région, que faut-il faire, je connais des coureurs locaux DV, qui n’ont pas répondu à ma seconde invitation, ils avaient certainement leurs raisons. Mais, nous ne voulons pas laisser tomber le morceau, et grâce au Jogging Castelnau et son relationnel, il nous propose un DV de Pézenas qui veut bien participer à notre relais.

A vos marques :
La période estivale est terminée, nous sommes dans la dernière ligne droite, tout le monde s’affûte, certains en font un peu trop à l’entraînement, et des petits bobos apparaissent. Malgré cela, nous tenons bon la barre, il ne faut rien lâcher. Pour ma part, fin septembre je participe à 6 jours de randos, sur les chemins de Saint-Jacques, entre Tours et Poitiers, en plus de l’ambiance exceptionnelle, ce fut un bel entraînement physique. Nous sommes à J moins 7, certains ont des problèmes articulaires ou ont subi une intervention chirurgicale, mais ils en veulent tellement, que même à 4 pattes, ils veulent relever le défi.

La poisse continue :
Le 18 octobre, c’est la remise des dossards, accompagnés d’Andrée, de Claudine et d’Alain, nous allons sur l’esplanade retirer notre permis de participer au marathon en relais et les lots qui y sont rattachés. Un certificat médical d’un DV n’est pas bon, et un intrus que nous ne connaissons pas s’est glissé dans nos guides. Après une bonne heure de discussion, nous avons un bon certificat en main, et comme ça commençait à me gonfler, l’intrus était devenu une de mes connaissances supposées. En fait l’intrus, était le nom du médecin, qui avait rédigé le certificat médical de notre brave guide, d’où l’importance de la saisie informatique, lors de tel rassemblement. Ouf, c’est un peu énervé que je sors du village du marathon, heureusement que le soleil est présent, pour atténuer mon esprit caractériel.

Prêt partez :
Il est 9 heures 15, sur la comédie, quand Louis et Pascal s’élancent pour rejoindre le rond-point d’Alco, ouf, on le tient, c’est parti. A 10 heures, coup de fil sur mon portable, le second relais à un petit problème, il me faut le résoudre sur le champ, ce qui est fait. Vincent et Jean peuvent donc relier le rond-point d’Alco au stade Philipidès sans trop d’encombre. Puis, c’est le relais le plus long, il est confié à Hans et Eliane, le soleil devient de plus en plus fringant, et on transpire de plus en plus sous les maillots. C’est près de l’avenue Saint-Maurice, tout près du moulin moderne Sauret, que Hans et Eliane, nous passe le relais à Andrée et à moi, le stress de la semaine, de la veille m’ont fait passer une nuit blanche, je ne suis pas au top, mais ça va le faire. Nous rejoignons Grammont, où nous passons le relais à Alain et à Liliane, ils filent rue du Pirée, où les attendent le dernier relais. François a parcouru 38 kilomètres à vélo, pour faire office de vestiaire mobile, et au dernier relais, il doit accompagner Isabelle pour le dernier relais, il quitte donc son vélo, qu’il confie à Dominique qui nous accompagnera jusqu’à la Comédie. Nous avions un autre défi, c’est de terminer tous ensemble, nous devions donc rallier la rue Maguelone par nos propres moyens, pour effectuer les derniers hectomètres les 6 binômes côte à côte.
Quel soulagement, quand j’ai entendu les foulées d’Isabelle et de François survoler le macadam de la rue Maguelone, toute la pression en moi s’est évacué, nous avions gagné notre pari, tout le reste était que du plus.

Satisfaction :
C’est sous un soleil de plomb que nous sommes arrivés sur la place de la Comédie, elle étai encore bien remplie, le protocole était pile poil, la remise des récompense débutait. Nous nous sommes attardés autour du buffet, pour nous restaurer quelque peu et nous désaltérer. Ensuite nous sommes allés devant le podium, où chaque catégorie fut récompensée, cerise sur le gâteau, nous avons été conviés à monter sur le podium, pour être récompensé en qualité de relais composé de 6 DV, j’ai dit quelques mots, pour remercier tous les participants de nos relais, guides et DV, sans oublier de citer nos 2 associations qui nous ont soutenu le Jogging Castelnau et L’AVH.
C’est les mains remplies de coupes et de magnum de vin, que nous avons terminé l’après-midi, à la terrasse d’un restaurant sur l’esplanade entourées de personnes du jogging Castelnau qui étaient venus nous supporter Claudie, Sabine, Jean-Michel et Michel.
Ensuite, nous sommes allés récupérés nos lots retirés hier, au foyer de l’AVH, où nous nous sommes séparés à 17 heures.

Laissons tomber toutes les difficultés, ce fut formidable, ce fut un travail commun, où tout le monde a mis la main à la pâte. Josiane et Hervé ont eu raison, de me secouer un peu, pour relever un nouveau défi, dont le jogging Castelnau est friand. Nous avons aussi prouvé que le monde de la déficience visuelle avait changé, nous ne sommes plus au XIX.me siècle, ni au XX.me siècle, nous revendiquons de vivre comme tout autre citoyen, ce que la loi du 11 février 2005 nous a octroyé, et courir sous les couleurs de l’AVH fut un clin d’œil à notre envie, d’être comme tout le monde. Bravo à tous les relayeurs, merci à nos guides pascal, Vincent, Eliane, Andrée, Liliane et François, Chapeau aux DV Louis, Jean, Hans, ma pomme, Alain et la belle Isabelle. Quand Jean m’a dit hier, après le repas, je vais continuer à courir, ça m’a apporté, quelque chose que je ne connaissais pas, et que j’ai envie de continuer à vivre. Ce fut pour moi, la plus belle des satisfactions, de toute façon l’activité physique est un bien pour notre équilibre, j’en fait foi, car entre le jogging, la gymnastique et la randonnée pratiqués hebdomadairement, c’est très détressant, c’est beaucoup mieux que tout autres médicaments, qui nous rendent, certes abordable, mais chimiquement et bonjour les dégâts annexes. En conclusion, pour ceux qui n’ont pas de contre indication aller bouger en salle de gym, Courir et randonner, en plus ça nous permet de nous ouvrir sur l’extérieur.

Michel Michelland

Cet article vous plaît ? envoyez-moi un message

Ce contenu a été publié dans cahier de vacances. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.