Tapage nocturne

Nous serions heureux de vous annoncer l’activation des feux sonores dans notre quartier, si, nous avions pas invité des convives hier au soir armés de leur boîtier E-O l’arme du crime.

Dès leur arrivée nos amis déficients visuels étaient tout heureux de nous faire part de leur satisfaction, car, les feux sonores de notre quartier parlaient, non pas comme ils le désiraient, mais, on savait que des feux sonores étaient implantés au carrefour de notre immeuble.

Après avoir dégusté un repas appelé à la bonne franquette arrosé sans aucun excès, nous avons conversé sur les aides techniques et tout autre chose, je sentais bien que nos invités tout comme bon VRP voulaient me convaincre de la grande aide à l’autonomie procurée par le boîtier E-O.

Devant faire pisser le chien guide de mon amie, j’ai donc raccompagné mon couple gadgétisé à la station de tramway située à une cinquantaine de mètres de notre résidence came. Arrivés sur le quai, installés sur les sièges de l’abri pour s’abriter de l’ondée de minuit, nous avons continué à discuter. Quand une idée génial du mâle de mon couple de Dv eut l’idée d’appuyer sur son bip, alors là, tout comme Zorro le quartier s’anima d’un bruit strident à vous réveiller un presque mort, pour nous rassurer nous pensions que ce hurlement ne durerait que 30 secondes. Après 5 minutes nous devions nous rentre à l’évidence, le satané feu sonore se tairait qu’au prochain passage de tramway c’est-à-dire à 5 heures du matin. Je présumais mon ami vouloir glisser l’arme du crime dans ma poche afin d’être lavé de toutes poursuites pour tapage nocturne. Les volets et fenêtres des immeubles avoisinants s’ouvraient et se refermaient l’un après l’autre, comme des délinquants nous sommes restés cachés dans notre abri qui paraît-il est vitré et éclairé, nous étions démasqués. Comme toujours dans ce genre de situation tout le monde pense à soi, pour moi c’était de filer à l’abri dans mon immeuble avant d’entendre le bruit de culasse d’arme à feu, quant à mes amis après avoir foutu le bordel au pied de mon immeuble de retraités il pensaient fuir en taxi ce qu’ils firent par ailleurs. La tête basse mon chien en laisse, la capuche enfoncée jusqu’au bout du nez, les chaussettes mouillées je rejoignis ma couche. Arrivé à l’appartement mon amie se demandait qu’elle cause avait créé l’animation du quartier, il était près d’une heure du matin. Je lui confiais que mon ami voulait m’étonner en activant le feu sonore situé sous nos fenêtres, car, il voulait encore me convaincre de la nécessité de son bip à problèmes. Je me suis tordu de rire encore une bonne demi-heure en entendant la manipulation des fenêtres et des volets des voisins, ensuite, je me suis endormi et à 7 heures du matin le feu sonore était redevenu muet jusqu’à ce que un autre aveugle décide de l’activer. Voici le récit d’une nuit courte, mais, combien enrichissante quant à la maîtrise des services techniques qui installent le système des feux sonores sans se soucier du désagrément du voisinage, si, on ne temporise pas l’activation du dit feu sonore pour un certain laps de temps. J’ai également été étonné, car, mon ex ami à déclenché le feu alors que nous étions situés à une cinquantaine de mètres de celui-ci. Ce matin un voisin nous invités ainsi que plusieurs autres propriétaires demain midi prendre l’apéritif pour discuter de l’installation d’une rampe d’accès pour handicapé, j’espère que ce n’est pas un piège de toute façon je balancerai mon ami de trente ans !

La morale de cette aventure, si, vous habitez près d’un feu sonore vous pouvez m’inviter, mais si d’aventure vous souhaitez inviter un de mes condisciples adepte du bip, il serait préférable de le désarmer tant que vous ne l’avez pas engouffré dans le moyen de transport qui le rapatriera à sa masure.

Bien amicalement et sans rancune.

Michel Michelland

Cet article vous plaît ? envoyez-moi un message

Ce contenu a été publié dans handicap visuel au quotidien. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire